ACCUEIL GENERAL  Thèbes contre les Hyksos  SOMMAIRE SUR L'EGYPTE    

La reconquête de l'Egypte


En 1857, Auguste Mariette découvre à Dra Abou El-Naggah une tombe contenant un sarcophage au nom d'Ahmosis. A l'ouverture, la momie, au contact de l'air, tomba en poussière; le sarcophage ne contenait plus alors qu'un poignard à lame de bronze, un cartouche en or au nom du roi, un miroir et quelques amulettes.
En 1859, l'équipe de Mariette découvre au même endroit une nouvelle tombe au nom d'une reine alors inconnue appelée Ahhotep; cette fois, il s'agit d'un véritable trésor, le premier véritablement découvert en Egypte. Mais Mariette est absent et les autorités vont ouvrir le sarcophage, abîmant fortement la momie. Cette tombe a livré de magnifiques objets d'or, d'électrum, recouverts de pierres précieuses telles que turquoises et lapis lazuli. Outre les bijoux ( colliers, pendentifs, bracelets, un pectoral, ...), ce trésor contenait une grande quantité d'armes ( haches, poignards,...) offertes à la reine par ses fils Ahmosis et Kamosis; ces armes richement décorées étaient souvent en cuivre et en bois, recouvertes d'or et d'argent et incrustées de pierres précieuses.
En 1881, on retrouve dans la cachette de Deir El Bahari la momie du roi Séqénenrê Taâ; sa tête comporte au moins cinq blessures résultant probablement de coups de hache, poignard et massue.
Après le règne d'Antef VII, monte sur le trône un roi du nom de Senakhtenrê Taâ qui épouse Tétichéri. C'est à partir de son règne et sous ceux de ses descendants ( Séqénenrê Taâ, Ouadjkheperrê Kamès appelé par les grecs Kamosis et Nebpehtyrê Ahmès connu sous le nom d'Ahmosis) que l'Egypte va se libérer du joug Hyksos.  
 
 
 
Sénakhtenrê Taâ et Séqénenrê Taâ
 
 
Il semble que ce soit vers la fin du règne de Sénakhtenrê Taâ que la lutte contre les Hyksos ait commencé.
Peu de documents nous sont parvenus sur son successeur Séqénenrê Taâ. On a toutefois retrouvé un papyrus, nommé papyrus Sallier I ( du nom de son possesseur), sur lequel avait été recopié le texte d'une requête adressée par le roi Hyksos Apopi au prince de Thèbes Séqénenrê Taâ. Apopi se plaignait d'être gêné dans son sommeil par les cris d'hippopotames se trouvant dans un étang au nord de Thèbes, situé à des centaines de kilomètres de sa résidence! Il faut voir dans cette plainte une provocation du roi Hyksos mais aussi une volonté de faire cesser les sacrifices d'hippopotames auxquels s'adonnaient les princes de Thèbes: pour les Hyksos, leur dieu Soutekh s'incarnait en effet dans ces animaux.
Toujours est-il que des combats se sont déroulés entre les Thébains et les Hyksos, comme en témoigne la momie du roi Séqénenrê Taâ dont les blessures montrent qu'il est mort au combat.
A sa mort et avant que son fils Ouadjkheperrê Kamès ( que nous appellerons désormais de son nom grec Kamosis) ne reprenne le combat, la volonté de poursuivre cette lutte de libération sera incarnée par les femmes royales: Tétichéri et Ahhotep qui joueront durant ces périodes un rôle politique de premier plan.  
 
Ouadjkheperrê Kamès ( Kamosis)
 
 
"Roi de Haute et Basse Egypte"
 
 
"Fils de Rê"
 
Ouadjkheperrê
 
 
Kamès
 
 
 
 
 
 
 
     
En 1907, Lord Carnarvon découvre dans une tombe deux tablettes en bois ( tablettes Carnarvon I et II). La tablette Carnarvon I raconte une partie de la reconquête de l'Egypte par Kamosis.
En 1932, on découvre dans les fondations du IIIème pylône de Karnak une stèle qui raconte, comme la tablette Carnarvon I, les exploits de Kamosis.
En 1954, on découvre dans les fondations du colosse qui se trouve devant l'entrée de la salle hypostyle de Karnak, une seconde stèle qui retrace la fin des combats menés par Kamosis. 
 
    Sous le règne de Kamosis, les combats contre le chef Hyksos Apophis vont s'amplifier. Dans un premier temps, lors de la réunion d'un conseil de la cour, Kamosis rejette les royaumes qui prennent en tenaille la région de Thèbes: celui de Kouch au Sud et celui des Hyksos avec pour capitale Avaris au Nord. Malgré quelques réticences de la part de certains officiers, il part à la tête d'une expédition en direction du Nord.  
 
Arrivé en Moyenne Egypte près de la place forte de Néférousy, commandée par le prince égyptien Téti vassaux des Hyksos, Kamosis engage la première grande bataille de son règne qui se révèle être un succès total. Désormais, la moyenne Egypte est revenue dans le giron thébain.
Quelques années plus tard, une autre campagne le mène probablement autour de Memphis, obligeant le roi Hyksos Apophis à se retrancher dans Avaris.
Au cours de cette expédition, il intercepte un messager Hyksos parti pour demander de l'aide au roi de Kouch afin de prendre les Thébains en tenaille.
Après s'être emparé de la route des oasis, coupant ainsi toute communication entre le royaume de Kouch et le royaume Hyksos, Kamosis rentre à Thèbes où de riches offrandes seront offertes au dieu Amon de Karnak, dieu de la victoire et de la libération des Deux Terres. 
 
Nebpehtyrê Ahmès ( Ahmosis)
 
"Roi de Haute et Basse Egypte"
 
 
"Fils de Rê"
 
Nebpehtyrê
 
 
Ahmès
 
 
 
 
 
 
 
     
" La renommée d'un homme s'établit selon ses actes et ne périra pas dans ce pays "

Cette phrase fait partie d'un texte qui se trouve dans la tombe d'un prince d'El Kab ( ville située au sud de Thèbes), l'officier de marine Ahmosis fils d'Abana.
Cet homme raconte, sans orgueil mais avec fierté, ses exploits militaires lors de la lutte contre les Hyksos ( en particulier la prise d'Avaris), ce qui constitue pour nous une des plus importantes sources sur cette période.
Le roi Ahmosis, reconnaissant de sa bravoure, lui fit de nombreux dons: de l'or, des terres, des serviteurs et des servantes( prisonniers et prisonnières de guerre). A cette époque où beaucoup de princes égyptiens s'étaient mis au service des occupants Hyksos, Ahmosis fils d'Abana, comme son père, choisit le parti plus difficile, celui de ceux qui se battirent pour leur expulsion: dire que sa renommée ne périra jamais dans ce pays, c'est dire que ceux qui ont trahi les traditions millénaires, eux, périront. La civilisation égyptienne forme un tout dans l'espace et dans le temps: ceux qui l'ont servie il y a mille ans vivront dans mille ans, ceux qui l'ont trahie il y a dix ans seront oubliés dans dix ans. 
 
    Lorsqu'Ahmosis monte sur le trône à la mort de son frère, il est âgé d'environ 16 ans. Sa momie, que l'on a retrouvée, nous le montre comme un homme
d'environ 1,65 m.
Il reprend les combats contre les Hyksos vers l'an 11 de son règne; le roi hyksos est alors Apophis Aaqenienrê ( ou Apophis II).  
 
Pharaon part avec son armée de la ville de Thèbes en direction de Memphis. Arrivé près de cette dernière, il l'évite, préférant s'emparer d'une ville moins importante: Heliopolis. De là, il décide de traverser le désert et d'atteindre la ville de Silé afin de couper toutes liaisons entre Avaris et les villes asiatiques. Il met alors le siège devant Avaris qui tombe quelques temps plus tard.
Profitant de l'éloignement de l'armée égyptienne, les populations nubiennes se révoltent. Pharaon envoie alors Ahmosis fils d'abana réprimer ces troubles et ramener la Nubie dans le giron égyptien.
Quelques temps plus tard, Ahmosis remonte à nouveau vers le Nord afin de combattre les Hyksos qui, installés en Canaan depuis la défaite d'Avaris, ont fait de la ville de Sharouhen leur nouvelle capitale. Au bout de trois ans de siège, la ville se rend et les Hyksos sont définitivement chassés d'Egypte. La XVème dynastie Hyksos se termine avec le règne de Aazehrê et la XVIème, sa vassale, avec celui d'Apophis III.
Ahmosis en profite pour pousser sa marche plus haut vers le nord, afin de ramener les ports Phéniciens dans l'obédience égyptienne.
Les Hyksos chassés, Ahmosis pouvait maintenant se consacrer à la réorganisation du pays. 
 

  L'INVASION HYKSOS  LA RESTAURATION DU POUVOIR